L'histoire des déchets

Depuis toujours les hommes produisent des déchets...
Comment faisaient nos ancêtres ?

Comment faisaient-ils ?

A l'époque préhistorique, il y avait peu de déchets et la nature se chargeait de les décomposer. Mais très vite, les déchets sont devenus pour l'homme un vrai problème !

Pourquoi ? Eh bien, en se regroupant dans les villes, en consommant de plus en plus, les déchets n'ont cessé d'augmenter. Les hommes cherchent alors des solutions pour ne pas être envahis par leurs déchets. Alors comment faisaient donc nos ancêtres ?

C'est ce que nous allons voir avec Tom en remontant dans le temps !

De la Préhistoire au Moyen Âge

A la Préhistoire

Les hommes préhistoriques sont des nomades. Ils chassent et cueillent pour se nourrir et jettent les restes de nourriture à l'endroit où ils mangent. Les déchets ne posent pas de problème à cette époque car ils se décomposent naturellement dans la nature.

Avec la naissance de l'agriculture, vers 7000 avant J-C, les hommes deviennent sédentaires et se regroupent dans de petits villages. Leurs déchets sont essentiellement des déchets alimentaires et ne sont pas encore trop denses. Ils peuvent encore se décomposer facilement ou servir de nourriture aux animaux domestiques.

Dans l'Antiquité

C'est à cette époque que les hommes commencent à se préoccuper de leurs déchets dans les grandes villes antiques.

A Athènes, les Grecs inventent alors des toilettes publiques et emportent les déchets hors de la ville.

A Rome, les Romains installent des toilettes publiques ainsi que des fosses en dehors de la ville où les habitants déposent leurs ordures et les restes d'animaux sacrifiés.
Certains ont des vases en terre cuite ou des récipients en pierre que des esclaves se chargent de vidanger. Les paysans peuvent récupérer ces ordures pour fertiliser leurs champs.

Au Moyen Âge (476 à 1453)

Vers l'an 1000, les hommes commencent à se regrouper dans des villes. Il y a de plus en plus de monde et les déchets vont alors s'accumuler !

Les habitants jettent leurs déchets, excréments, carcasses d'animaux dans la rue ou les rivières. Les gens boivent l'eau de la Seine !!!

Et Paris, à cette époque, ne sent pas bon ! Les rues sont boueuses, sales et malodorantes.

Ne pouvant plus supporter l'odeur, en 1185, Philippe Auguste ordonne de paver les rues principales et crée des canaux et fossés centraux pour nettoyer certains quartiers.

Au XIIIème siècle, il existe des règlements pour remédier au manque d'hygiène : paver les rues, nettoyer une fois par semaine devant sa maison et ne pas laisser trainer les ordures et les déchets.

De nombreuses maisons ont des lieux d'aisance placés au grenier (toilettes) qui s'écoulent dans le ruisseau au milieu de la rue. Des conseils d'hygiène sont donnés et les gens du Moyen Âge se baignent dans des étuves (bains publics). Dans tous les quartiers on crée des puits appelés "trou punais", où chacun doit déverser ses immondices.

Et en 1343, Charles V construit des fossés d'évacuation couverts pour éviter les odeurs.

Mais malgré cela les gens ne respectent pas les règlements !

Ils refusent de porter les déchets aux endroits prévus et continuent à polluer la Seine ce qui entraine des épidémies de peste. La plus importante fut la Peste Noire de 1347 qui fit des millions de morts en Europe. A cette époque, les gens pensent que c'est l'odeur des déchets qui rend les gens malades. Ils ne se rendent même pas compte que ces ordures grouillent de bactéries !

Seuls les petits cochons qui vivent librement dans la rue nettoient la ville en mangeant les ordures !

De la Renaissance au XVIIème

A la Renaissance (XV et XVIème)

Les excréments sont toujours jetés dans les rues qui ne sont pas toutes pavées et il y a toujours beaucoup de boue puante ! Les agriculteurs utilisent alors ces boues pour fertiliser leurs champs...

Les déchets parisiens sont toujours déversés dans la Seine qui devient un véritable égout !

Il n'y a toujours pas d'hygiène !

Les étuves où se baignaient les gens du Moyen Âge deviennent des lieux mal fréquentés et comme il n'existe pas d'installation individuelle, source d'eau et bains, pour se laver... Les gens sont encore plus sales !

En plus, ils ne respectent pas les initiatives de Louis XII et François 1er qui font nettoyer les rues et porter les immondices hors de la ville. Il y a donc de nouvelles épidémies entre 1500 et 1530. En 1522, c'est de nouveau la peste !

En 1531, grâce aux conseils de médecins, une ordonnance impose que toutes les maisons soient dotées de fosses et on interdit l'élevage de cochons, oiseaux, lapins, pigeons dans Paris.

Vers 1550, Henri II tente de faire établir un relevé des égouts pour les nettoyer mais il est impossible de les repérer. Il interdit les "trous punais" qui polluent la nappe, impose le nettoyage fréquent des rues, et la construction d'une fosse dans chaque maison. Mais ces fosses sont souvent poreuses ou fissurées et polluent les puits voisins...

Cette série de décrets impressionne peu les habitants et en 1553 le Parlement doit encore leur défendre de jeter les immondices par les fenêtres et faire condamner toute personne pour avoir jeté ses déchets dans la rivière.

Au XVIIème siècle

Les gens pauvres récupèrent les vieux vêtements, les chiffons, les os d'animaux, les cheveux et toute sorte d'objets pouvant être réutilisés.

On les appelle les chiffonniers !

Ce sont les premiers recycleurs car avec les os, une fois bouillis, on obtient une graisse pour fabriquer des bougies et l'on peut aussi faire des manches de couteau. Les cheveux servent à faire des perruques et avec les tissus, on fait du papier.

Henri IV s'occupe de l'alimentation en eau et construit la première machine hydraulique pour avoir de l’eau potable.

Sous Louis XIV, la situation commence à s'améliorer parce que la police taxe lourdement les gens qui ne respectent pas la loi !

Du XVIII au XIXème siècle

Au XVIIIème siècle

A la fin du XVIIIème siècle, les excréments humains doivent être retenus dans des fosses situées sous les maisons. Les fosses, une fois pleines, sont vidangées et leur contenu est transporté à Montfaucon et Bondy.

L'hygiène générale est toujours peu développée...

La rue ne cesse d'être un dépotoir public, et certains vident encore tous les matins leur pot de chambre par la fenêtre !

Un ruisseau coule constamment au milieu de la chaussée, parfois si grossi par les pluies qu'il faut le traverser à l'aide d'une passerelle volante.

Au XIXème siècle

Les réseaux d'eau potable et de tout-à-l'égout font alors, peu à peu, leur apparition. Les égoutiers enlèvent les boues.

On aménage les voies pour qu'elles soient nettoyées facilement et le ruisseau central est rejeté sur les côtés de la chaussée (caniveaux).

En 1870, Louis Pasteur met en évidence le lien entre l'hygiène et la santé.

En 1884, Eugène Poubelle ordonne le dépôt des déchets dans des récipients spéciaux munis d'un couvercle pour déposer leurs ordures ménagères devant leurs portes, afin qu'elles ne soient plus éparpillées dans la rue avant d'être ramassées par les services municipaux.

D'où le nom de nos "poubelles" !

Paris montre l'exemple et dispose de centres de traitement de déchets dès 1896, à Saint-Ouen notamment.

Les déchets ou "gadoue" sont amenés dans des tombereaux (voiture en tôle tirée par des chevaux) puis vidés dans une grande fosse.

Les ouvriers se trouvent directement dans la fosse et tirent la gadoue.

Des chiffonniers récupèrent les papiers, chiffons, os, boîtes de conserve...

D'autres ouvriers retirent les ferrailles, poteries, tôles émaillées afin de ne laisser passer que les matières utiles à l'agriculture.

Cette gadoue triée est ensuite broyée et transformée en engrais.

Ce qui ne peut être vendu à l'agriculture est détruit dans des fours qui donnent de la vapeur et de l'électricité.

Du XX au XXIème siècle

Au XXème siècle

En 1907, il existe quatre usines pour traiter les déchets de Paris (à Romainville - Issy- Ivry et Saint Ouen) appelées "usines de broyage et d'incinération".

La collecte municipale des déchets ménagers s'est peu à peu développée dès la fin du XIXe siècle dans les grandes villes mais elle est restée pratiquement inexistante dans les communes rurales. La gestion des déchets ne faisant pas l'objet d'une règlementation nationale, chaque commune s'organisait comme elle l'entendait !

La première grande loi sur la gestion des déchets date du 15 juillet 1975. Elle oblige chaque commune à collecter et à éliminer les déchets des ménages.

Mais le développement économique et l'évolution des modes de vie ont entraîné une augmentation continue des déchets ménagers.

Malgré la loi de 1975, des déchets ménagers étaient encore envoyés en décharge, ce qui représentait un énorme gaspillage de matières premières et des risques de pollution.

Le gouvernement instaure alors une nouvelle loi en 1992, la loi Royal pour valoriser les déchets ménagers et interdire la mise en décharge. Des bacs de tri sont installés et les gens commencent à trier leurs déchets.

C’est le début du recyclage !

Au XXIème siècle

En 2015, de nouvelles mesures ont été prises au niveau mondial car la planète se réchauffe à cause de nos modes de vie !

Une grande conférence sur le climat a eu lieu à Paris, la COP21.

Une loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte est alors votée, le 17 août, en France. Elle a pour but de mobiliser tout le monde et de donner les moyens d’agir.

Pour limiter le réchauffement climatique et éviter les émissions de gaz à effet de serre, des mesures sont prises pour que nous réduisions notre consommation, préservions nos ressources naturelles et adoptions de bons gestes.

C’est que nous allons découvrir ensemble !

Les bons gestes